Logo Hub Rural
Agricultural and rural development funding
Home > News

Cote d'Ivoire: Les producteurs - « On se donne rendez-vous le 17 octobre »

« Le conseil d’administration de l’Anaproci (Association nationale des producteurs de café-cacao de Côte d’Ivoire, ndlr), se réunit le 10 octobre prochain pour préparer la grande rencontre des producteurs le 17 octobre. C’est ce jour-là que nous allons prendre de grandes décisions », a commenté le porte-parole de l’Anaproci, Tapé Youdet Luc. Faisant un bref commentaire relativement au prix bord champ, il a rappelé que ce sont les producteurs qui détiennent le physique. « Pour la campagne « écoulée, le prix bord champ était fixé à 1000 FCFA. La justification du gouvernement est erronée. Pour que le prix bord champ soit respecté, il ne revient pas à l’Etat d’être vendeur. Il faut plutôt donner les moyens aux producteurs pour qu’ils vendent leurs produits en fonction des cours. Les producteurs doivent être respectés en tant que propriétaires du physique, à l’image du Ghana, du Cameroun où l’Etat ne se contente que de ses taxes. En Côte d’Ivoire, l’Etat veut vendre le bien d’autrui à 60% sans son avis. C’est regrettable. Pourquoi l’Etat veut-il absolument se substituer aux producteurs ? », s’est-il interrogé. Il a également indiqué que la mise en oeuvre du programme de vente anticipée à la moyenne dans un cadre public traduit la fin de la libéralisation : « Ce n’est pas une bonne référence. Le PVAM a existé avant 2000 et géré par l’Etat. Revenir à ce système vise à déresponsabiliser les acteurs premiers de la filière, c’est-à-dire nous, les producteurs ».

L’Anaproci est revenue sur l’organisation qu’elle veut mettre en place dans la gestion de la filière. « De la rébellion de 2002 à la crise post-électorale, il y a un certain nombre de dysfonctionnements que nous avons constatés dans la gestion de la filière. Que devait faire l’actuel gouvernement sinon organiser les états généraux de la filière café-cacao. A la place, les nouvelles autorités ont crée des structures par décret ou ordonnance. C’est au regard de ces impairs que le conseil d’administration de l’Anaproci a initié une tournée nationale du 5 juin au 20 juillet 2011 et organisé un séminaire du 27 au 28 juillet 2011 à la Fondation Félix Houphouët-Boigny de Yamoussoukro pour tirer les leçons de la gestion antérieure et proposer un schéma à l’Etat. Au moment où s’y attendait le moins, c’est une réforme coloniale que l’Etat nous impose. On se donne rendez-vous le 17 octobre », a indiqué Tapé Youdet.

Par J-S L.

Source : Notre Voie

Crédits: AK-Project