Logo Hub Rural
Changement climatique & Sécurité alimentaire
Accueil > Actualités

5ème rapport du GIEC : le second volet publié

Après le premier volet, sorti en septembre 2013, qui était consacré aux éléments scientifiques du climat à savoir les changements observés, ceux à venir, et l’attribution des responsabilités, le groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) a publié en fin mars le deuxième volet du cinquième rapport sur l’évolution du climat et la situation mondiale y relative. Celui-ci lève le voile sur les impacts du changement climatique, les risques pour les populations et les stratégies d’adaptation.

Parlant des impacts, le 2nd volet du 5ème rapport en relève à différents niveaux :

  • sur les événements climatiques extrêmes qui se multiplient comme les vagues de chaleur, les tempêtes, les inondations et sécheresses
  • sur la santé avec un nombre croissant de décès à cause de maladies liées à la chaleur, phénomène qui sera exacerbé par la hausse des températures d’une part, et la hausse de la population mondiale d’autre part. Par ailleurs, on constate un changement de la répartition mondiale des vecteurs de maladie, comme par exemple les insectes piqueurs. La fréquence des blessures, maladies ou décès liées aux tempêtes, inondations ou aux incendies est en hausse, et continuera d’augmenter.
  • sur la production alimentaire qui va connaître une baisse au niveau mondial, notamment pour ce qui est des ressources en eau douce et des substances nutritives dans le sol. Les changements climatiques vont réduire les rendements agricoles mondiaux de 2% par décennie (en moyenne) au cours du 21ème siècle - alors même que la demande mondiale va augmenter pendant cette période (14% par décennie jusqu’en 2050). Aussi faut-il noter que ces impacts seront plus ressentis par les populations rurales.

Les risques encourus si rien n’est fait pour réduire les effets du changement climatique sont énormes aussi bien pour l’environnement que pour les populations et il est évident qu’il faudra plus de moyens à l’avenir pour repousser l’action qu’il n’en faut pour agir aujourd’hui.

Les scientifiques considèrent que le risque que les écosystèmes actuellement menacés dépassent un seuil critique sera élevé à partir d’une hausse de un degré des températures. Aussi parlent-ils de risques " élevés à très élevés ". On constate déjà des signes alarmants, en Arctique et dans les récifs coralliens, qui montrent que des changements irréversibles sont en cours.

D’autres risques sont liés à des pertes de revenus, et de nouvelles migrations, mais aussi au développement de pauvreté voire même de conflits qui affecteront la croissance économique.

Les populations vivant dans des zones touchées par des conflits armés, ou des zones où l’accès à l’eau et à la nourriture est limité sont les plus vulnérables. Les changements climatiques risquent d’exacerber les inégalités économiques et sociales.

Toutefois, il reste encore possible de lutter contre ces impacts et risques du changement climatique en mettant en oeuvre des politiques d’adaptation comme la construction d’infrastructures résilientes aux changements climatique, la mise en oeuvre des programmes de restauration des écosystèmes et l’amélioration de la gestion de l’eau douce. Ces mesures sont de nature à réduire la pauvreté.

Cependant, l’adaptation à elle seule ne suffira pas pour lutter efficacement contre les effets du changement climatique ; il faudra aussi de fortes mesures de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Selon les estimations, les dépenses nécessaires pour l’adaptation oscillent entre 70 et 100 milliards de dollars par an.

Source : MediaTerre

Accéder au communiqué de presse du GIEC

Accéder au 2e volet du 5e rapport du GIEC : " Climate Change 2014 : Impacts, Adaptation, and Vulnerability"

Crédits: AK-Project